Sensei Henry Plée

Maître Henry Désiré Plée est né le 24 mai 1923 à Arras dans le Nord Pas de Calais. Très tôt, vers l’âge de 5 ou 6 ans, il apprend avec son père Achille (né en 1892) la boxe française ainsi que l’escrime, car son père était à l’époque un véritable maître d’armes. Achille Plée avait commencé la pratique de la savate et de l’escrime lors de son service militaire en 1912. Très rare pour l’époque, Achille Plée était bachelier et ses études furent interrompues en raison de la 1ère guerre mondiale. Son grand-père, quant à lui, fut maire de son village durant 18 ans, principalement dû au fait qu’il était alors titulaire du certificat d’études. Henry est fils unique et il apprendra quelques rudiments de Ju-Jutsu vers l’âge de 10 ans, dans le groupe ésotérique de son père, avec Oki un japonais qui venait une fois par mois de Belgique. Le groupe s’intéressait également à différentes sciences comme le magnétisme, la radiesthésie (son père était un expert dans ce domaine), psychologie… Durant ce parcours il s’intéresse et s’entraîne également aux Agrées, aux poids et haltères et à l’haltérophile qu’il pratique durant 3 ans, ce qui lui valut la place de demi-finaliste du championnat du Sud-Ouest.

Henry Plée sensei

: Henry Plée sensei, portrait.

Henry Plée, lorsqu’il était à Toulouse, voulait être médecin ou vétérinaire, il fit alors un an et demi de médecine, puis se dirigea vers les Beaux-Arts où son choix se porta sur la sculpture, le modelage. Il fut même primé lors de concours, comme par exemple celui de Rome.

JUDO / JU-JUTSU

96ème ceinture noire de France de Judo, Henry Plée a donc été l’un des pionniers de cette discipline en France. Il participa durant 15 ans activement aux compétitions de Judo. Une de ses projections favorites d’alors était ‘Tomoe Nage’, avec laquelle il put projeter 2 membres de l’équipe de France de Judo lors de son passage de grade de 5ème Dan.

Il s’inscrit en septembre 1944 au JJJCF rue Sommerard dans le 5ème avec alors 25 kg de moins qu’il avait perdu lors de son emprisonnement par les allemands. Le club est le 2ème du Maître Kawaishi. Au cours de sa pratique du Judo, le maître Henry Plée étudie auprès de maitre Kawaishi. Henry Plée éditera avec Judo international les livres de Me Kawaishi. Tous ses Kyu et ses Dan de Judo ont été signés ou confirmés par le maître Kawaishi.

Tous deux firent partie par la suite du ‘Dynam-Institut’ ,dont le fondateur était Charles Le Gouz, Jean Beaujean, directeur technique et Jean de Herdt, conseiller technique. Il y avait aussi Maurice Philippe et Paul Leroux.

Henry Plée passe son 5ème Dan de Judo en combat, l’un des rares à l’époque, alors qu’il avait plus de 45 ans et avait arrêté le Judo depuis 3 ans. Il se consacrera alors à son entraînement au Karaté et à sa diffusion. Pour cette épreuve qu’il réussit, il bat tous les 4ème Dan de sa poule, c’est à dire 2 champions d’Europe Briskine et Pujol, un champion de France Kodokan et deux membres de l’équipe de France, Baracco et Agisson.

 Il rencontrera Gunji Koizumi du Budokwai de Londres ainsi que Moshe Feldenkrais (1904-1984) qui reçut son 1er Dan en 1934 en France, par Jigoro Kano lui-même, qui préfaça également son ouvrage. Il est le fondateur de la méthode Feldenkrais. La première ceinture française est l’Enseigne de Vaisseau Yves Leprieur (1885-1963) qui reçut son 1er Dan au Kodokan de Kyoto en 1909. Ces deux noms sont malheureusement souvent oubliés.

Il correspond également avec E.J Harrison un anglais qui fut le tout premier étranger ceinture noire par Kano sensei.

BOXE FRANCAISE

Initié à celle-ci par son père, il s’inscrit en 1946 au club Banville, le tout dernier club de boxe française alors en activité. En effet à cette époque, la FFBF (la Fédération Française de Boxe Française) n’avait qu’une centaine de licenciés, sa licence était la 82ème.

Il pratiqua avec Pierre Plasait, Rigal, Pierre Baruzy et Cayson. Les championnats de France interrompus en 1937 ne reprendront qu’en 1966.

La boxe française par Pierre Plasait

: La BF par Bernard Plasait.

 Le Karaté

Plée H. sensei en démonstration

:Plée H. sensei en démonstration.

Le 27 octobre 1948, Life Magazine publie un article sur le Karaté intitulé « Gentleman’s sport », en photo on y voit deux Karatéka de l’université de Waseda : Gojuro Harada et Hiroshi Kamata. Cet article sera décisif pour Henry Plée dans sa pratique du Karaté puisqu’il en sera le déclencheur. En France, en 1953, lors d’une compétition de Judo qui opposa la France et les USA, c’est là qu’il rencontre Donn Draeger qui sera lui aussi un élément important dans sa pratique du Karaté.

Durant ce séjour, Henry Plée logera chez lui Donn Draeger, ainsi que l’équipe d’accompagnement.  Ils dormiront tous sur la moquette. Henry Plée les invite à voir les cours qu’il dispense.

Donn Draeger lui dit « C’est bien, c’est de la savate ? » Henry Plée lui répondit « Non, non c’est du Karaté ». Donn Draeger lui dit « Non, ce n’est pas cela du Karaté ».
Suite à cela Don Draeger lui donna un film de 8 mm qu’il réalisa en 1946, et qui permettra à Henry Plée de travailler et de progresser.

La vidéo montre l’école de Karaté de l’université de Waseda qui fit la démonstration pour le général Mac Arthur, afin que le Karaté ne soit plus interdit par les forces d’occupation américaines.

En mars 1955 fut créé la Fédération Française de Boxe Libre et de Karaté, Henry Plée en est alors le secrétaire général. Le président étant le préfet Sirvent qui est un élève et ami. La FFBLK fut à son époque la toute première fédération du monde de Karaté. 52 clubs s’y affilieront et 3 championnats de France, en fait coupes de France, furent organisées entre 1955 et 1958. En 1957 le maître Hoang Nam rejoint le comité technique de la Fédération et en devient alors le co-président.

En 1958, 12 diplômes de ceinture noire Shodan furent délivrées par Mochizuki Minoru du Yoseikan à Shizuoka au Japon.

En octobre 1960, celle-ci devient une section de la Fédération de Judo. C’est en 1977 que fut créé la FFKAMA.

Les maitres invités par Henry Plée:

Le Dojo de la Montagne et Henry Plée

De nombreux experts, maîtres japonais et chinois furent invités au Dojo d’Henry Plée, ce qui permit de lancer certains styles et disciplines en France:

Henry Plée, outre les Kage Shihan qu’il a rencontré, il invita à ses propres frais une vingtaine de maîtres dans son Dojo.

– Rikutaro Fukuda 2ème Dan Shotokan;

– Mochizuki Minoru;

– Mochizuki Hiroo 2ème Dan;

– Murakami Tetsuji 3ème Dan;

– Oshima Tsutomu 3ème Dan Shotokan;

– Ogasahara Eiji 5ème Dan Shito Ryu;

– Harada Mitsusuke 5ème Dan Shotokan / Shotokai;

– Kase Taiji 6ème Dan Shotokan JKA;

– Nanbu Yoshinao Shukokai;

– Tokitsu Kenji Shotokan;

– Ogura Tsuneyoshi 10ème Dan Genbukan (1972);

– Asakawa;

– Toguchi Seikichi 10ème Dan Gojo Ryu;

– Hiroshi Shirai Shotokan JKA;

– Enoeda Keinosuke Shotokan JKA;

– Dogane Takeshi 4éme Dan Hakko Ryu , 4ème dan Judo qui anime aussi la section Judo;

– Chang Dsu Yao (1918/1992) Shaolin Kung Fu, Tai Chi Chuan école Yang;

– Sifu Yang Jwing Ming, Tai Chi Chuan, Chi Kung, Grue Blanche, long poing;

– Suzuki Tatsuo Wado Ryu.

Une vidéo de 1966 en lien avec Henry Plée car la photo de son livre « karate par l’image » a  été prise ce jour là. De plus Patrick Barroux fut un de ses élèves et c’est Henry Plée qui fit venir en France  le maitre Nanbu.

Si vous regardez bien, vous apercevrez également Henry Plée.

En 1986, maître Henry Plée crée l’Académie Française des Arts Martiaux Traditionnels. Les membres fondateurs à ses côtés sont :

André Nocquet (Aikido), Alain Floquet (Aiki-Budo), Gérard Baron (Bu-Jutsu), Michel Soulencq (Aikido), Thierry Riesser-Nadal (Hakko-Ryu), Thierry Plée (Judo), Pascal Plée (Karaté) et Georges Charles (Arts martiaux chinois internes et externes) qui est également secrétaire de l’Académie. Pierre Portocarrero, Dominique Balta, Martine Vétillard, Jean Daniel Cauhépé, Jean Pierre Reniez, Christian Bernapel, Gabriel Faubert, Jacques Muguruza, François Briouze, Bernard Durand, Claude Doudou se joindront par la suite à ces pratiquants.

Après plusieurs années, pour différentes raisons l’académie cessera son activité.

——————————————————————————————————————–

Le F.I.P.A.M. : Fonds International pour la Préservation des Arts Martiaux: co-création de Henry Plée sensei et des membres suivants du Conseil:

Le FIPAM

: Le FIPAM, dont voici le site web.

Henry Plée a fait don au FIPAM de « sa bibliothèque personnelle de films d’époque » ce qui équivaut à des dizaines d’heures de films anciens sur le Karaté, le Judo, l’Aikido, la boxe anglaise, la boxe française et le travail des armes, qu’il a collecté tout au long de sa vie; ce qui montre l’importance qu’il attachait  à la préservation des Arts Martiaux authentiques.

 Le Conseil des Sages est actuellement en cours de constitution et sera complété en respectant les critères suivants : intégrité, personnalité, représentativité.

Président-fondateur : Thierry Plée

Conseil des sages :

HENRY PLÉE, pionnier du karaté en Europe
LUC LEVANNIER, un des pionniers du judo en France, spécialiste des principes.
ROLAND HERNAEZ, fondateur du tai-jitsu en France
MICHEL MARTIN, pionnier du kyudo en France
CLAUDE THIBAULT, historien du judo
ALAIN FLOQUET, fondateur de l’aïki-budo
YOSHINAO NANBU, fondateur du karaté Sankukai et du Nanbudo
GEORGES CHARLES, pionnier des arts martiaux chinois en France
CHRISTIAN TISSIER, shihan aïkido Aikikai
DAN SCHWARZ, pionnier du kung-fu sushu en France
DOMINIQUE VALERA, pionnier du full contact, champion de karaté
PHAM XUAN TONG, pionnier des arts martiaux vietnamiens et fondateur du Qwan Ki Do.

A sa grande surprise, Maitre Henry Plée a été élu Sensei du siécle en avril 1999 durant le 14ème festival des Arts Martiaux de Bercy. Il y avait 33 Maîtres d’Arts Martiaux nominés. Pour lui remettre son trophée, le maitre Nanbu  fondateur du Nanbudo que Henry Plée connait bien, puisqu’il fut l’un de ceux que Henry Plée invita pour enseigner dans son Dojo.

Henry Plée professeur du siècle

: Henry Plée professeur du siècle. 

 Source: ‘cdram.jimdo.com’: Centre de développement et de recherches sur les arts martiaux (‘Bugei Sodachi Kenkyukai’), excellent site de qualité fait et complété par des Maîtres authentiques, et enregistré auprès de l’ambassade du Japon en France.

—————————————————————————————————-

Biographie postée sur wikipédia:

Henry Plée, né le 24 mai 1923 à Arras (Nord-Pas-de-Calais), et décédé le 19 août 2014 à Paris, est un karatéka français.

10è dan (Japon) de karaté, Henry Plée a été le pionnier du karaté en France et en Europe au début des années 1950. Il est en outre 5e dan de judo, 3e dan d’aïkido et 1er dan de kendo. Il est aussi le maître le plus haut gradé hors du Japon.

Il fonde en 1955 au 34 rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, dans le arrondissement de Paris, le premier dojo occidental enseignant les quatre piliers des arts martiaux japonais, le judo, le karaté, l’aïkido et le kendo. Éditeur du premier magazine francophone d’arts martiaux (Judo kdk-Budo Magazine de 1950 à 1973) il bouscule les certitudes avec ses «Chroniques martiales» qui paraissent périodiquement dans les colonnes de la presse spécialisée depuis plus de 20 ans.

Il est l’auteur avec les écrits du légendaire Fujita Saiko, des 2 best-seller L’Art sublime et ultime des points vitaux (Budo Éditions, 1998) et L’Art sublime et ultime des points de vie (Budo Éditions).

Henry Plée et ses 2 ouvrages

Un excellent site lui est consacré par un de ses élèves (henryplee.com).

Le parcours martial d’Henry Plée:

Henry Plée commence sa carrière sportive avec la gymnastique et les poids et haltères. Il a alors envie de faire autre chose et se tourne vers le judo en 1945, au Judo Club de France, le deuxième club de Kawashi. Il obtiendra la ceinture noire n° 96, et finira 5ème dan. Il est physiquement très fort, mais sent un manque vis-à-vis des coups. Il s’inscrit à la boxe française et pratique avec Rigal, Plasait père, Cayron et Baruzy, mais malgré la qualité de l’enseignement, regrette de ne pas pouvoir « foncer ». Bref, il était dans l’attente d’autre chose.
Il découvre alors l’aïkido lors d’une démonstration de Minoru Moshizuki, puis le karaté avec le traducteur de sa revue « Kodokan », Fukuda Rikutaro, qui était un expert en la matière. Lui montrant un jour un article sur le karaté paru dans « Life », il lui confia alors qu’à Tokyo, il avait fait du karaté avec un maître qui s’appelait Funakoshi. C’est ainsi qu’il essaye de redécouvrir le karaté avec l’aide de Fukuda Rikutaro qui, d’ailleurs, avait horreur d’expliquer. Il était 1er dan, et pour lui ce n’était rien.
C’est le début des premières démonstrations et des premiers défis. Puis c’est la rencontre avec Donn Draeger, qui lui procure un film d’universitaires japonais, qui vont le faire progresser. Ensuite, viendront, à sa demande et à ses frais, une quinzaine d’experts japonais qui enseigneront tous au 34 de la Montagne Ste Geneviève.

« Un voile se lève sur cet art secret ». C’est en 1955 qu’Henry Plée sort cette petite brochure, donnant immédiatement le ton pour cette nouvelle discipline.

Quelques voyages au Japon pour y rencontrer les plus grands maîtres des divers styles, agrémentés de passages de grades : 5ème, 8ème , 9ème , puis 10ème dan ! Pour ne parler que de ceux concernant le karaté. Hélas, très peu d’ouvrages, mais ceux qu’il a écrits sont une quintessence de l’art martial authentique. Heureusement, Henry Plée a écrit de nombreuses Chroniques, dans différentes revues, qui représentent cinquante années de Recherche et de Travail, dans l’Art Martial Authentique et l’Éveil de l’être humain. Elles sont surtout condensées dans l’ouvrage devenu célèbre, les « Chroniques Martiales », parues dans le magazine « Karaté-Bushido », durant une dizaine d’années.

Autres ouvrages de Henry Plée

Henry Plée consacra beaucoup d’énergie et de capitaux pour la promotion des arts martiaux en France, Europe, Moyen-Orient et en Afrique. Il publia à ses frais, en 1948 et 1950, sous le patronnage de la Fédération Française de Judo, deux annuaires du Judo International. Ces annuaires firent connaîtrent tous les clubs du monde, ceux de France, et les quelques trois mille licenciés de la Fédération de Judo de l’époque. Une initiative que personne n’a renouvelée jusqu’à ce jour.

<— Page Précédente   |   Haut   |   Page Suivante —>