L’Ecole Takeda Ryû

Le 'genyōsha' ('Société de l'Océan Noir') fut fondé sous le nom de “Koyōsha” par Hiraoka Kotarō (1851-1906) et Toyama Mitsuru (1855-1944), et d'autres anciens samouraïs du domaine de Fukuoka. Cette société fut active pour la restauration de l'ancien ordre féodal et des privilèges spéciaux accordés à la classe des guerriers. Le Koyōsha participa à différents soulèvements d'ex-samouraïs contre le nouveau gouvernement Meiji.

En 1881, le Koyōsha changea son orientation. À ce moment, il déclara que ses buts étaient honorables et nobles : "honorer la famille Impériale, respecter l'Empire" et “garder les droits du peuple". Cependant, le but réel du genyōsha était l'expansion du Japon.

Le premier enseignant d'arts martiaux au sein du Genyosha fut Takeda Tadakatsu (descendant du père de Takeda Shingen, Takeda Nobutora). Il représentait la 41è génération des Takeda. En conséquence, les arts martiaux enseignés dans les dojo du Genyosha étaient : l'Aiki no Jutsu et le Ju Jutsu de la famille Takeda, le Ken Jutsu (Shinto Ryu), le Jo Jutsu (bâton:Muso Shinto Ryu, Uchida Ryu), le Tessen Jutsu (l'éventail de guerre, en métal: variation de l'Ikkaku Ryu jutte jutsu ('jutte'~Saï à une branche) & de l'Isshin Ryu Kusarigama Jutsu ('Kusarigama': faucille).

À la mort de Takeda Tadakatsu, Nakamura Aikisai Okichi (né sous le nom de Nakamura Yoshitoshi) reçût le makimono de la famille Takeda et devint le deuxième enseignant d'arts martiaux des dojos du Genyosha. En 1935, Oba Ichio (Oba Sachiyuki), encouragé par Toyama Mitsuru, devint le 3è enseignant du Genyosha dans la préfecture de Fukuoka.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale et à la mort de Toyama Mitsuru, Oba Ichio Sensei ouvrit son Dojo (1948) au public et nomma son enseignement "Takeda Ryu". Le ryu fut établit sur les bases de plusieurs écoles dans lesquelles Oba Ichio était titulaire d'un menkyo kaiden (l'aiki no jutsu et le ju jutsu de la famille Takeda, le Muso Shinto ryu, le Kukishin ryu). Il fut impliqué dans la Zen Nihon Butoku Kai (actuellement Dai Nippon Butoku Kai) dans le courant des années 1930 et il établit la Nihon Budo Renren dans les années 1950.

Nakamura Hisashi naquit le 18 mars 1932 à Nagano et alla vivre chez sa tante en 1949. Il entra en 1950 dans le dojo de Yamagura d'Oba sensei qui ouvrit au grand public une année auparavant. Les arts enseignés par Oba sensei étaient: Aiki no Jutsu, Ju Jutsu Kenpo, Ken Jutsu, Batto Jutsu, Jo Jutsu, Shugi Jutsu et Shuriken Jutsu.

En 1953 Nakamura Hisashi fut accepté comme uchi deshi (disciple interne). En 1956, Nakamura Hisashi alla à Tokyo afin d'y aider Oba sensei au Seibuden dojo, en remplacement de Moritomo Kazuo sensei.

Oba Sensei mourut en 1959, et désigna Moritomo Kazuo Sensei comme successeur. Moritomo sensei déclina la position et désigna Nakamura Hisashi comme Soke.

Soke Nakamura développa une nouvelle manière d'enseigner l'Aiki no jutsu et la nomma Aikido (à ne pas confondre avec la forme plus commune d'aikido de Morihei Ueshiba).

En 1961, Soke Nakamura établit le premier dojo d'Aikido à l'université Rikkyo (Tokyo) et, en 1962, le second dojo d'Aikido dojo à la Nihon University. En 1963, il établit la Fédération Japonaise d'Aikido (Nihon Aikido Renmei). Soke Nakamura est convaincu que le randori (exercices libres) et les shiai (compétitions) permettent d'accroître la force physique et mentale. Soke Nakamura organisa le premier championnat d'aikido (Aiki Yusho Taikai). En 1970, Soke Nakamura changea le nom de son organisation Nihon Aikido Renmei en Nihon Sobudo Rengokai. En 1978, Soke Nakamura enregistra sa manière d'enseigner et son système de budo sous le nom de Takeda Ryu Nakamura-Ha.

En 1990, Morimoto Kazuo sensei mourut, laissant Soke Nakamura comme le dernier enseignant du Koryu do Takeda Ryu Bujutsu.

De nos jours, Takeda Ryu Nakamura Ha est enseigné au Japon par le Nihon Sobudo Rengokai (NSR).

Soke Nakamura a nommé Okuden Shihan DEBOT responsable des affaires étrangères hors Japon. En Europe, plusieurs groupes se sont séparés de la ligne originale : Maroto-Ha, Kobilza-Ha.

: extrait du site 'takeda-ryu.net'.

La Branche Nakamura-Ha:

Sept disciplines sont enseignées au sein du Takeda Ryu Nakamura Ha Sobudo. Ces disciplines sont l'Aïkido, le Jukenpo, le Iaidō, le Jōdō, le Shugijutsu, le Tachikendo et le Shurikenjutsu.

Les techniques sont réparties en kihon waza (techniques de base), henka waza (variations) et koryū waza (techniques anciennes). L'école utilise les compétitions (shiai) et les randori comme une méthode d'enseignement, c'est la seule manière de s'approcher de la situation d'un combat réel. En aikido, le shiai et le randori existent sous deux formes différentes. La première est appelée sogo et la seconde tori waza.

En Japonais, sogo signifie "intégré". Dans cette forme de pratique, les opposants portent un gant de cuir (uchi kote) sur une seule main et frappent librement avec celle-ci. Ils sont libres de projeter ou immobiliser leurs opposants. Le tori waza est un match technique où les opposants tiennent alternativement le rôle d'uke et de tori.

La Branche Maroto-Ha:

La méthode TAKEDA-RYU MAROTO-HA préserve beaucoup de techniques ancestrales provenant des champs de bataille, là ou chacun devait affronter la mort, face a des ennemis aussi redoutables qu'experts.

Les autres spécificités de cette méthode:

- L’étude des postures instinctives de défense, basses et stables, suivant des angles droits.

- L’étude de la distance MA-AI, par rapport à l'emplacement d'un ou de plusieurs adversaires, sans être influencé par une quelconque stratégie de déplacement.

- L’étude d'une garde spécifique, pied droit en avant, et toujours face a l'adversaire.

- L’étude sur la maîtrise de soi face a toutes éventualités et en toutes circonstances par le biais de la respiration ventrale.

- L’étude du temps d'action pour se défaire d'un antagoniste (max. 3 secondes) dès que celui-ci a lancé son attaque.

- L’étude d'un concept philosophique propre qui consiste à ne jamais chercher à effectuer une technique sur autrui, mais seulement à empêcher par tous les moyens celui-ci d'en appliquer une sur soi.

- L’étude de la non action dans l'action.

- L’étude du maximum d'efficacité pour un minimum d'effort et dans un minimum de temps.

"Une armée «rapide...comme le vent; silencieuse...comme la forêt; dévorante...comme le feu; immuable...comme la montagne."

Extrait de L'art de la guerre" selon Sun Zi (Tsu) - Chapitre VII paragraphes 13 et 14.

Telle était la maxime et enseignement de la stratégie (*'Heiho') du général SHINGEN TAKEDA (voir l'article de ce site).

Sources: 'takeda-ryu.net' site web de Sensei Maroteaux; et article 'Takeda Ryu', wikipédia.

<--- Page Précédente   |   Haut   |   Page Suivante --->