Le Wing Chun: un style réaliste

Le Wing Chun a été créé par une femme Yim Wing Chun, elle-même élève d’une nonne de Shaolin Ng Mui vers les années 1650.

Experte dans les techniques de Kung Fu, Yim Wing Chun se rendit compte qu’elle était physiquement défavorisée par rapport aux hommes, et plus particulièrement dans les coups et les blocages puissants.

A partir de cette constatation, elle mit au point une méthode originale de blocage basée sur des déviations et où la force physique intervenait très peu. Le principe consiste à dévier les coups tout en ripostant très rapidement et, tout en maintenant le coude le plus près possible du centre, afin de laisser le moins d’ouverture possible à une attaque.

Il existe trois formes de difficultés croissantes dans le Wing Chun Kuen (Chuan*: boxe):

– Shil (ou Siu) Lim Tao;
– Chum Kil Tao;
– Bil Jee Tao;

Ces exercices permettent de développer trois types d’aptitudes:

  • la distance,

  • le centre,

  • la bulle-interface externe-interne, qui permet de « sentir », savoir où se trouve l’adversaire, et où il exerce sa frappe et sa force, sans le regarder. Le Chi Sao, à haut niveau, est d’ailleurs exercé les yeux bandés.

 

: vidéo pédagogique (parmi de très nombreuses sur le net), et à mon humble avis, bien exécutée, qui regroupe les 3 exercices, exécutés par Sifu Benny Meng, de Hong-Kong:

Et trois autres formes d’entrainement :

Le mannequin de bois: Le Mook jong;
Le bâton long;
Les couteaux papillons.

L’entraînement en Wing Chun est basé sur le travail de la sensation et du contact grâce au Chi Sao* (= »mains collantes »), une technique de combat rapproché. En effet, l’exécution rapide d’un mouvement n’est possible que si les muscles sont totalement relâchés. La contraction ne doit se faire qu’au moment de l’impact.

LA THEORIE DU CENTRE, base du Wing Chun:

La distance la plus courte entre deux points est la ligne droite.  Si vous êtes face à un adversaire, la distance la plus courte est un chemin constant de votre centre vers le centre de l’adversaire.
Si vous aviez mis votre paume vers l’axe vertical de votre adversaire vous occupez la ligne centrale. Deux objets physiques ne peuvent pas occuper en même temps le centre et le même espace. Donc si un objet occupe le centre, un autre objet ne peut pas le faire en même temps.
Si un coup de poing constant vient vers votre visage et que vous mettez votre main vers le même centre que ce coup de poing, il sera dévié du centre.

Dans le Wing Chun il faut faire face à l’axe central de l’adversaire. Nous ne laissons pas l’adversaire arriver à notre centre. Par contre dans une bagarre nous ne pouvons pas toujours maintenir ce centre sans se déplacer. Quand les bras d’un adversaire dérivent du centre, ils ont une faiblesse structurelle dans leur défense, un trou est alors créé et ils seront frappés parce qu’une attaque constante sera si rapide qu’il n’y aura pas assez de temps pour se remettre d’une telle erreur.
Quand le centre est bien protégé, comme dans le Chi Sao, c’est difficile pour un adversaire d’y pénétrer avec n’importe quelle attaque.

Si un adversaire esquive pour donner un coup de poing circulaire, il sera frappé en premier avec un coup direct vers le centre. Si un adversaire utilise la force pour pénétrer le centre, il rencontrera le vide.

Présentation du Wing Chun à travers un Maître français, Sifu Didier Beddar (cf. son excellent site), dans cette vidéo, où l’on peut constater sa vitesse d’exécution et son expertise intuitive:

Pour information, Didier Beddar pratique le Wing Chun en France et à l’étranger, depuis environ une trentaine d’années.

<— Page Précédente   |   Haut   |   Page Suivante —>