Le Pekiti Tirsia Kali

Le Kali Pekiti-Tirsia est un art de combat des Philippines.

: Grand Tuhon Leo Tortal Gaje, Jr.

Le Pekiti Tirsia Kali est un système philippin de combat rapproché qui se concentre sur le travail des armes tranchantes.
il est basé sur la mobilité, les contre attaques et les déplacements triangulaires, et provient clairement de l’époque
où il était courant pour tout homme philippin de porter un couteau ou une épée.
Il comporte une grande variété d’armes traditionnelles et tactiques telles que :

– Simple / Double stick(s);

– Simple / Double knife;

– Espada y Daga;

– Sibat (lance);

– Techniques et grappling mains nues (dumpag and dumog);

– Les bâtons sont employés à l’entrainement en lieu et place des épées.

Le Pekiti Tirsia Kali system est originaire des provinces de Panay et Negros occidentales et fût crée par le clan Tortal.
Le patriarche familiale et grand maître du Pekiti Tirsia Kali « grand Tuhon Conrado » a légué le système à son unique petit fils Grand Tuhon Leo . 

Le système a acquis une certaine réputation dans les agences de forces de l’ordre suite à la création, par le « grand tuhon gaje », d’un programmes utilisant : le bâton de sécurité,  pouvant faire face aux armes tranchantes, dont une stratégie de défense face au couteau, ce qui permit de réduire les conséquences pour les officiers et leur hiérarchie, en enseignant aux officiers à viser des zones corporelles immédiatement incapacitantes et non léthales, et ainsi minimiser le risque de procédures.

Grand tuhon fut plus tard désigné directeur national de l’entrainement par l’association des instructeurs du système judiciaire et l’association des instructeurs de méthodes de défense de la police aux USA, et devint le conseiller technique de la très renommée série vidéo d’entrainement policier face aux armes tranchantes  « surviving edged weapons ».

: Vidéo d’un instructeur pour forces armées et police, Angel Garcia. Notez la fluidité et l’improvisation, le sens du rythme, de la feinte, et l’usage redoutable du Karambit, le petit couteau philippin en forme de corne, qui se porte à l’envers, dans la main, dissimulé au regard de l’adversaire. Il peut percer et découper au moment le plus inattendu (cf. application du concept japonais ‘mienai’, technique cachée, en stratégie du combat en ninjutsu), car il vient après une percussion du poing , une saisie ou tout autre mouvement avec la main.

Pekiti Tirsia devint le premier FMA (Filipino Martial Art)  reconnu comme une doctrine officielle des forces armées des Philippines.
En 1998, le Pekiti Tirsia Kali devint le système officiel de combat rapproché du bataillon de la force de reconnaissance du corps des marines des philippines.Le système est désormais enseigné à d’autres unités des Forces Armées philippines et des unités d’opération spéciales de la police, les marines de la force de reconnaissance des philippines ont entrainé les forces d’opérations spéciales des USA en combat rapproché, démontrant ainsi l’efficacité du système.

 De ses racines dans l’archipel des Visayas à sa diffusion dans différents pays comme système utilisant des armes tranchantes, le Pekiti Tirsia est maintenant très développé dans le monde.

Source:  cms.fcs-kali-france.com/pekiti-tirsia-kali.

Qu’est ce que le Kali Pekiti-Tirsia ?

Le Kali Pekiti-Tirsia est le système de la famille Tortal. Il est dirigé par l’unique héritier du système, « Grand Tuhon Leo Tortal Gaje Jr ». Dès le début, le Kali Pekiti-Tirsia convainc par son système d’auto-protection logique efficace, fondé sur l’application stratégique et tactique de techniques contre-offensives.

Une part importante du Kali Pekiti-Tirsia est sa philosophie positive et appréciative de la vie : croire en la vie, en la bonne santé et au succès. Comprendre que le Kali Pekiti-Tirsia est un art martial vivant conduit à améliorer et à adapter continuellement ses méthodes à de nouvelles demandes. Grâce à cela, le Kali Pekiti-Tirsia demeure un art de survie pratique de valeur.

Comme Grand Tuhon Gaje le dit : ”Le Kali Pekiti-Tirsia est l’art des temps modernes dans le passé vivant!” Dans le Kali Pekiti-Tirsia, les techniques  martiales mises à jour ont fusionnées avec la tradition vivante. L’utilisation pratique de la contre-offensive contre les armes à impact et les armes tranchantes a toujours été et demeure l’objectif de l’entraînement au PTK. C’est pourquoi ce style est aujourd’hui autant d’actualité qu’il l’était il y a 50, 100 ou 300 ans.

: Eric Laulagnet (PTTA France) pratique les arts martiaux depuis plus de 40 ans, et spécialement depuis 25 ans les Arts martiaux philippins. Il a également une expérience de plus de 30 ans en techniques de maintien de l’ordre et arrestation, ainsi que militaire.

L’origine du système Pekiti-Tirsia

Le Kali Pekiti-Tirsia se présente comme l’un des plus vieux systèmes de Kali des Philippines. Il a son origine dans la province du Negros Occidental dans la région centrale des Philippines (Visayas). Aujourd’hui le PTK est représenté par l’unique héritier du système, Grand Tuhon Leo Tortal Gaje, Jr, le seul petit-fils de Grand Tuhon Conrado B. Tortal.

Le 25 octobre 1997 a été célébré le centenaire du PTK dans la baie de Subic en Zambales aux Philippines. C’est un des rares systèmes d’arts martiaux philippins à être devenu centenaire.

Grand Tuhon Gaje a été le pionnier de l’enseignement du Kali aux États-Unis. Il a gagné, avec son Kali, le reconnaissance et le respect d’organisations majeures d’arts martiaux telles que la Fédération de Karaté Juive, l’Association Internationale de Karaté des États-Unis ou encore la Fédération de Karaté des États-Unis.

Le PTK est le seul système reconnu par le gouvernement philippin. Ceci inclut l’enseignement du système aux Forces d’élite de Reconnaissance du Bataillon Marin de l’Armée des Philippines.

Une approche systématique

Le Kali PTK est un système de combat compact et facilement assimilable. Il comprend toutes les phases d’auto-protection.

  • Combat à longue distance, à moyenne distance, à courte distance et combat au sol: corto, medio et largo.

  • Combat à partir d’angles et de positions différentes.

  • Contre-offensive comme défense contre des attaques avec ou sans arme (bâton, épée, couteau, armes à feu).

  • Contre-offensive comme défense contre un ou plusieurs adversaires.

Le système PTK est fondé sur le principe de défense offensive contre les attaques à arme tranchante ou d’impact. Le même principe est vrai et fonctionnel pour le combat à mains nues. Pour cette raison, dans le système Pekiti-Tirsia, il n’y a qu’une seule série de mouvements et de principes de combat, indépendante du fait que l’attaquant ou le défenseur soient avec ou sans arme. Cette structure permet une utilisation plus économique du temps de pratique et met en confiance par la compréhension et l’expérience. Si une méthode fonctionne contre un adversaire armé d’un couteau, elle fonctionne aussi contre un adversaire sans arme.

La maîtrise d’une série de mouvements requiert un dur travail et un dévouement total. Dans le système PTK, la maîtrise est acquise par une application de mouvements à travers du sparring à distance et des techniques rapprochées échangées par l’utilisation de méthodes de tapping et de cross-tapping.

Parce qu’un combattant de couteau expérimenté ne se fonde pas sur la puissance musculaire brute mais sur la vitesse, le timing et la coordination, le Kali PTK offre une méthode pratique et logique contre des adversaires plus forts, que le combat soit à mains nues ou au couteau.

: vidéo sur la pratique du kali PTK en milieu naturel de TUHON ROMMEL TORTAL, Chef instructeur de PTK pour les forces d’actions spéciales de la police et les forces armées des Philippines.

Tuhon Rommel Tortal a débuté l’entrainement au Pekiti Tirsia Kali system sous la direction de son oncle le Grand Maitre Léo Gaje en 1984. Il était l’instructeur au combat aux armes tranchantes et contondantes  des marines philippins en 2002, quand il commença à enseigner le kali aux civils. Il a également fondé des groupes de PTK dans les forces d’actions spéciales de la police philippines et d’autres unités militaires. Tuhon  Rommel Tortal supervise et dirige régulièrement des stages sous l’égide de Pekiti Tirsia Kali Singa.

Le Kali Pekiti-Tirsia pour les personnels des forces de l’ordre et de sécurité

La majorité des officiers de police et des forces de l’ordre aux États-Unis, en Europe et en Asie ont vu le film d’entraînement policier « Survivre aux armes tranchantes » (« Surviving Edged Weapons ») qui a été produit par Calibre Press, Chicago, États-Unis. Ce film, avec Grand Tuhon Leo Tortal Gaje, Jr comme conseiller technique, est reconnu à travers le monde comme une des meilleures vidéos de référence sur les armes tranchantes.

Le système de bâton de sûreté, que Grand Tuhon Gaje a développé à partir du Kali Pekiti-Tirsia, est une méthode d’entraînement spécialement développée pour les officiers des forces de l’ordre et les personnels de sécurité. Cette méthode est une référence dans le domaine de l’application de force modérée. Dr Kevin Parsons, directeur de l’Association du Système de Justice des États-Unis (US Justice System Association) dit que le système de bâton de sûreté est : « sans aucun doute le plus dynamique, le plus innovant et certainement le plus efficace que j’ai eu le plaisir de voir en 20 ans d’entraînement policier ».

Grand Tuhon Leo T. Gaje est certifié et reconnu par l’Association d’Entraînement du Système de Justice Criminelle des États-unis (US Criminal Justice System Training Association) et l’Association d’Entraînement de Tactiques Défensives de Police des États-Unis (United States Police Defensive Tactics Training Association). Comme Grand Tuhon Gaje vit maintenant aux Philippines, il entraîne la Police Nationale des Philippines à l’art du bâton de sûreté.

Le Pekiti-Tirsia et la compétition…

Ces dernières décennies, plusieurs versions de sports de compétition ont été développées à partir des arts martiaux Philippins. Malgré le fait que le Kali Pekiti-Tirsia n’a pas été développé pour les compétitions sportives, le système a prouvé son efficacité dans les arènes sportives. Le Kali Pekiti-Tirsia a produit plusieurs champions nationaux et internationaux en combat de bâton full-contact. Par exemple, le grand champion du premier tournoi national d’Arnis (Kali, Eskrima) qui s’est déroulé aux Philippines en 1979 était un adepte du Kali Pekiti-Tirsia.

Grand Tuhon Leo T. Gaje a été un pionnier dans la propagation des arts martiaux Philippins comme sport de compétition. Comme commissaire NARAPHIL pour l’Amérique du Nord et du Sud, il a promu les arts martiaux Philippins comme un sport culturel et un art martial à travers le monde.

Dans le domaine du combat de bâton avec contact réel, le combat de bâton avec un minimum ou sans protection, le système Pekiti-Tirsia est hautement respecté. Un élève de Grand Tuhon Gaje, Eric Knaus, est l’un des fondateurs des mondialement reconnus « Dog Brothers » et il est toujours reconnu comme le « Top Dog » de son groupe. En 1998, le Kali Pekiti-Tirsia Philippines a organisé la « Bataille des grands Maîtres » (Battle of Grandmasters). Un tournoi suivant une politique de soumission totale. Combat sans protection (pas de gants, pas de casque), avec des bâtons sans rembourrage, pas d’arbitre, pas de limite de temps, pas de règles. Les combats étaient organisés par challenges pour les divisions Maître et Grand Maître et comme un tournoi par élimination pour les élèves avancés. Le tournoi était ouvert à tous les styles et les Maîtres et Grands Maîtres de plus de 15 styles avaient été personnellement invités. Mais seuls les combattants du Pekiti-Tirsia consentirent à combattre sous les conditions décrites.

Sources:

Article: Pekiti Tirsia Kali, wikipédia.

  • http://www.pekiti-tirsia.net

  • http://www.pt-go.com

  • Kalavera Eskrima.

<— Page Précédente   |   Haut   |   Page Suivante —>