Le Ninjutsu: origines et techniques

Le ninjutsu est un ensemble d'arts et techniques d'origine traditionnelle, pratiqués par certains espions du Japon féodal, les shinobi, plus connus en Occident sous le nom de ninjas. A l'origine, il ne s'agit pas tant d'un art martial que d'un talent d'espionnage fait de ruse et tromperie. Cette discipline particulière était enseignée dans certaines écoles traditionnelles japonaises, généralement à côté et en complément d'arts martiaux.

: une conception intéressante sur l'équilibre entre la vie et la mort, en particulier dans les écoles d'arts martiaux classiques, et surtout dans les Koryû:

- l'Essence des Koryû; - l'Essence du Ninjutsu et des Bujutsu.

Shihan Zoughari nous éclaire sur l'esprit du shinobi: l'esprit d'endurance dans les épreuves de la vie.

Une explication détaillée des précurseurs, des noms de personnes et de lieux montre toutes les interactions et la complexité des origines du ninjutsu. Selon Takamatsu Toshitsugu, 33è successeur de l'Ecole Togakure-Ryû, le ninjutsu ou Ninpô, appelé jadis shinobu-hô, serait né durant les 50 années qui séparent les ères Manjû (1024-1028) et Jôhô (1074-1077), soit bien avant la création du Togakure-Ryû ninpô, qui daterait de la période Kamakura (1185-1333).

Le caractère sino-japonais 'Hensô' qui a le sens de déguisement, camouflage, travestissement, fait directement référence aux techniques de dissimulation, appelées sous le titre générique de "hensô-jutsu". L'usage de ce type de techniques fut très tôt attribué au ninja historique. Un autre point est que le ninjutsu antique était appelé Shinobu-hô ou encore shinobi-jutsu. C'était une pratique de combat fondée sur l'espionnage et l'information, où la notion première de l'invisiblité, d'incognito était primordiale. Signalons que l'origine du ninjutsu est souvent associée au dernier chapitre du traité de stratégie militaire de Sun Tsu (Son Shi en japonais). Du fait que cela soit une méthode de survie en combat hautement sophistiquée, beaucoup y voient la matérialisation des théories prônées par Sun Tzu. Celles-ci ainsi que les méthodes classsiques d'espionnage auraient été introduites au Japon par Kibi Makibi (693-775), qui se rendit deux fois en Chine, en tant qu'ambassadeur. Il aurait ramené avec lui, à son retour, de nombreux classiques, comme d'autres émissaires, qui rentraient au pays, après s'être imprégnés de la culture chinoise, très présente durant la période Nara. Le "Shoku Nihongi", qui a été compilé vers l'an 747, contient plusieurs exemples, qui rapellent étrangement les enseignements de Sun-Tsu.

Période de la dynastie coréenne:

Le général Ikai:

Dans la première année de l'ère Houang you (~ère Kokyû au Japon, soit 1049), Ikai de la province de Sijang, qui avait perdu le combat contre les armées de Ren Zong, Qidan et Xia, s'exila vers le lointain Japon. Il arriva dans la province d'Ise, puis vécut dans une grotte de la province d'Iga. Le document de transmission de l'Ecole Togakure-Ryû indique qu'Ikai était un général qui excellait dans le "Hichô ongyo no jutsu" (techniques de combat basées sur les coups de pied cachés).

Selon ce même document, il est rapporté que les bases du ninjutsu furent établies par des Chinois, installés au Japon, comme Ikai, Yô Gyokko, Chô bushô, qui diffusèrent entre autres le "Hichô-jutsu", le Tote Koppo jutsu (technique de combat à mains nues basées sur la science des os, provenant de Chine), et le "Senban nage jutsu" (technique de lancer de disques tranchants (~shuriken) de toutes formes). Et tout particulèrement, à partir de l'école Gyokko Ryû Koshi jutsu, les écoles suivantes naquirent: Koto Ryû Koppo Jutsu, Gikan Ryû Koppo Jutsu et Gyokushin Ryû Koppo Jutsu.

De plus, si on considère le fait que les 53 familles du Kogâ Ryû ninjutsu, ainsi que les 38 familles du Iga-Ryû ninjutsu développèrent le "Happô biken jutsu" (techniques de combat basées sur les 8 lois secrètes régissant l'art du sabre), à partir de l'école Gyokko Ryû, on peut avancer que les écoles mentionnées supra sont à l'origine des arts martiaux. Durant l'ère Jôho (1074-1077), le document rapporte qu'Ikai eut 2 élèves appelés Gamon Dôshi et Hôgen Tesshin. Les bases du ninjutsu furent donc posées durant les 50 années qui séparèrent les ères Manjû et Jôho.

Source: Togakure-Ryû Densho, collection privée, Hatsumi Masaaki, 34è successeur de l'école depuis le fondateur. Noda-shi chiba-ken, date d'écriture non communiquée.

: documentaire instructif, en anglais, de Shihan Zoughari Kacem sur la transmission de maître à disciple/élève: 'Kako', 'Genzai', 'Mirai', concepts japonais traitant de celle-ci.

Le Ninjutsu regroupe différentes techniques de combat :

  • Koshi Jutsu & Koppō jutsu : techniques de combat à mains nues, appliquées sur les muscles et les nerfs (Koshi) et les os (Koppo) du corps humain ;

  • Ninpō no ken : escrime, dont la pratique du sabre long (daito) et du sabre court (kodachi) ;

  • Shinobi kenjutsu : la maîtrise du sabre ninjatō ;

  • Yarijutsu, sojutsu : combat à la lance ;

  • Shurikenjutsu : lancer d'objets, tranchants (couteaux) ou pas, dont le lancer de la senban (senban nage jutsu), la fameuse étoile à 4 pointes ;

  • Kajutsu, kayakujutsu : utilisation du feu (incendie, explosifs, armes à feu) ;

  • Bisentōjutsu, Naginatajutsu : combat à la hallebarde: respectivement fauchard lourd et léger;

  • Kishajutsu : combat et tir à l'arc à cheval ;

  • Fukiyajutsu : sarbacane ;

  • Jōjutsu, bō-jutsu, hanbōjutsu, rokushakubōjutsu : combat au bâton ;

  • Suitonjutsu : nage de combat ;

  • Shimejutsu : étranglement ;

  • Shotenjutsu : escalade et techniques pour « monter aux cieux » ;

  • Onshinjutsu : l'art de se déguiser (« les sept façons d'aller ») et de devenir invisible.

  • Ninja no kiai : union des énergies, du souffle;

  • Gunryaku : stratégie militaire ;

  • Tenmon : météorologie, astronomie ;

  • Tonpō, goton, juton : techniques d'évasion ;

  • Yugei : musique, peinture, danse, art de la politesse et de la conversation… utilisé aussi dans le "onshinjutsu" pour se déguiser en mendiant, moine, artiste errant,etc. ;

  • Torinawajutsu, hojojutsu : lier l'adversaire avec une corde ;

  • Kyushojutsu : utilisation des doigts pour frapper les points vitaux ;

  • Shinobi iri : art de l'infiltration ;

  • Saiminjutsu (genjutsu et yōjutsu) : art de l'illusion (hypnose et détournement d'attention)...

Sources: wikpédia: article: ninjutsu; Ninpô, ninjutsu, l'ombre de la lumière, du Dr Kacem Zoughari; documentation et pratique personnelle.

<--- Page Précédente   |   Haut   |   Page Suivante --->