Le Close Combat: des origines japonaises, chinoises et françaises

"Who dares wins": devise des S.A.S.: 'Special Air Service', forces spéciales uk.


Beaucoup parlent dans la presse consacrée aux  arts martiaux, dans des vidéos, sur les réseaux sociaux, du Close Combat militaire ou non, Krav-Maga et autres méthodes de Self-Défense.

Il est bon de se rappeler quels furent les précurseurs de ces méthodes, en particulier, le célèbre Major Fairbairn, qui enseigna sa méthode aux commandos britanniques et américains, durant la 2nde guerre mondiale. Il diffusa d'ailleurs un célèbre manuel: 'Get Tough':

Le père du Close Combat moderne, William Ewart Fairbairn (1885-1960), créateur de la 'Smatchet' était un personnage extraordinaire. En 1910, alors sergent, il fut chargé de l'entraînement de la police de Shanghai. Port ouvert aux étrangers depuis 1842, la ville était partagée en plusieurs concessions occidentales, chacune administrée par un consul.

: le Major Fairbairn.

Plaque tournante du commerce avec la Chine et de tous les trafics, dont celui de l'opium, Shanghai était une des villes les plus dangereuses du monde. Truands occidentaux et chinois se partageaient la prostitution, le jeu, le racket, etc. Le célèbre gangster français, Emile Buisson, y fit ses premières armes. Avec les soldats et les marins du monde entier, les bagarres dans les bars, les cabarets et les maisons closes ne manquaient pas.

Fairbairn fut nommé à la tête du 'Shanghai Riot Squad'. 2è dan de Judo du Kodokan de Tokyo, il étudia également la lutte, la Boxe chinoise et la Savate.

Il puisa dans son expérience personnelle (environ 600 combats réels durant ses 20 ans dans la police) pour mettre au point une méthode de combat rapproché, le 'Defendu'. Il enseigna également à ses hommes le combat au couteau et le tir instinctif. Durant l'année 1919,  9 officiers furent abattus dans les rues de Shanghai. Suite à quoi Fairbairn reçut l'autorisation de développer son programme d'entraînement. Il fut assisté par un autre officier, Eric Anthony Sykes. Fairbairn publia un 1er livre sur le 'Defendu' en 1926, puis un autre sur le tir instinctif en 1942.

: Entraînement de Fairbairn auprès de l'OSS, ancêtre de la CIA.

L'Ecole de guerre d'Achnacarry:

Lorque la 2nde Guerre Mondiale éclata, Winston Churchill, Premier Minsitre britannique, décide le 8 juin 1940 la création de la section M09. Son but: organiser des raids dans l'Europe occupée par les nazis. La section M09 fut placée sous la direction du Colonel Dudley Clarke. Sa 1ère tâche fut de trouver un nom à sa nouvelle unité. Se souvenant de la guerre du Transvaal, qui avait opposé les 'Boers' aux soldats anglais au début du siècle, Clarke reprit le nom de ces insaisissables combattants sud-africains, les 'Commandos'.

L'Ecole de guerre d'Achnacarry, en Ecosse, fut choisie comme centre de formation de cette nouvelle unité. On y envoya des instructeurs venus de tout l'Empire britannique. Parmi eux, les capitaines Fairbairn et Sykes, de la police de Shanghai, venus enseigner leur méthode de combat rapproché aux commandos et aux troupes parachutistes. Les 2 hommes mirent au point en 1941 une dague de combat destinée aux Commandos: le 'Fairbairn-Sykes Fighting Knife', qui allait devenir l'arme-symbole de cette unité:

Création de la 'Smatchet':

William Envart Fairbairn fit adopter la Smatchet comme couteau de combat des Commandos. Alors que la dague était plutôt destinée à l'élimination des sentinelles, la Smatchet était un véritable couteau de combat, une arme redoutable.

Le système Fairbairn fut adopté pour l'instruction des forces armées britanniques. En 1942, , Fairbairn fut chargé d'enseigner sa méthode aux instructeurs de l'armée américaine. Il écrivit alors son livre 'Get Tough', où il décrivait sa méthode en détails avec de nombreux dessins explicatifs, comme montré supra. L'ouvrage fut publié en 1942, avec un chapitre entier consacré à la Smatchet.

: La Smatchet.

Formateur de l'OSS:

En 1943, Fairbairn fut chargé de former les instructeurs américains de l'OSS (Office of Strategic Studies), l'ancêtre de la CIA. C'est là qu'il fit la connaissance de l'Américain Rex Applegate, qui devint son adjoint. Déjà produite en Angleterre par les couteliers de Sheffield, la Smatchet fut également fabriquée aux Etats-Unis. 10.000 furent livrés à l'armée américaine. L'OSS commanda aussi des Smatchets sans aucun marquage: ces armes furent livrées à la guérilla philippine qui combattait les Japonais.

Source: article de Gilles Werner, 'Le père du close-combat moderne', magazine 'Self-Défense Mag' n°1.

<--- Page Précédente   |   Haut   |   Page Suivante --->